www.criminel.ca
présumé coupable

Population desPrisons

Taux d'HomicideVolontaire

AGRESSION SEXUELLE VIOLS

Canadiens exonérés après avoir été condamnés à la prison.

Michel Dumont:

Michel Dumont

du Québec condamné, en 1990 pour agression sexuelle armée à domicile. La victime décrit alors son agresseur: six pieds, 175 livres, sans lunettes et avec des tatous. Une semaine plus tard la police se rend chez la victime et ne prélèvent aucune empreinte, n'effectuent pas de tests d'ADN alors que le couvre-lit est couvert de sperme.En décembre 1990 la police arrête Michel Dumont: 5 pieds huit, 120 livres, avec lunettes mais pas de tatous. Michel Dumont a un dossier vierge. Il présente un alibi solide confirmé par cinq personnes.En 1991 la juge Céline Pelletier rejette son alibi, le reconnaît coupable et le condamne à 52 mois de prison. Pendant ce temps la juge avait été suspendue de ses fonctions pour 4 mois dû à l'alcool au volant.En mars 1992, la victime voit un homme qui ressemble à Michel Dumont et qui jette un doute raisonnable dans son esprit quant à la culpabilité de Michel Dumont. Elle en avertit Me Nathalie Du Perron Roy du bureau de la Couronne qui ne fait rien. La victime fait part de ses doutes aux médias qui ne font rien.La Cour d'appel l'acquitte en février 2001. Michel Dumont a fait 3 ans de prison. Le procureur général lui présente ses excuses.

Michel Dumont Michel Dumont

Ivan Henry:

Ivan Henry

de Vancouver condamné, en 1983 pour trois viols et sept agressions sexuelles. Il avait été déclaré «délinquant dangereux et à contrôler». La Cour suprême avait refusé de l’entendre 55 fois.Les juges de la Cour d’appel de la C.B. ont établi qu'une série d'erreurs ont été commises lors du procès de Ivan Henry et que le juge de première instance aurait erré dans ses instructions aux jurés.Au moins trente déclarations de police et témoins n'ont jamais été divulguées à la défense ainsi que d'échantillons de sperme. Beaucoup de ces déclarations ont été prises tôt dans l'enquête et ne décrivaient pas les traits d'Ivan Henry, au fil du temps elles ont changés afin de le décrire. La science aurait pu exclure Ivan Henry avec des tests sanquins.Depuis, la police a identifié un autre suspect de cette série d’agressions sexuelles.Ivan Henry a passé 26 ans en prison. Il a toujours clamé son innocence.

Ivan Henry Ivan Henry


Ces erreurs judiciaires ont toutes les mêmes éléments: faits horrifiques entourés d'un cirque médiatique qui enflamme le public à clamer une solution rapide. Ils ont les mêmes symptomes: méthodes douteuses avoir trop de zèle et vision en tunnel.

Ceci donne l'impression d'un système non fonctionnel. C'est faux. Il est doté de plusieurs sauvegardes notamment la présomption d'innocence et qu'un accusé doit être trouvé coupable hors de tout doute raisonnable. Ce dernier le rend infaillible.

Le doute raisonnable était omni-présent et aurait pu éviter la destruction des vies de toutes ces victimes de crime commis par l'état et de celles de leurs familles et entourages. Il aurait aussi sauvé l'honneur du système.

Les raisons du non respect de la présomption d'innocence et du doute raisonnable reste spéculatif: le préjugé, la pression, l'indifférence, l'incompétence, la malveillance, se faire un nom, le complexe de dieu, trop d'émissions de CSI Miami, Miami Vice et autres.

L'erreur humaine? Oui, mais trop d'erreurs humaines égale l'incompétence.